Livraison offerte dès 50 euros en France Métropolitaine

Une vie d'influences

23 février 2021
Par Shérazade

Kenza Sadoun El Glaoui est l'une des pionnières dans le monde de l'Influence. Depuis 15 ans, elle invente son métier qui ne cesse d'évoluer et elle nous relate cette aventure dans son livre  « Ma vie sous Influence », publié aux éductions leduc. 

 
Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Kenza, j’ai 34 ans et je vis à Paris. Je tiens le blog la revue de Kenza depuis 2008, et tous les réseaux sociaux qui y sont associés. J’évoque la mode, la beauté, le Lifestyle et d’autres sujets qui me touchent.

 Comment es-tu devenue influenceuse ?

Par la force des choses, je tenais un blog depuis 2008, qui a pris très vite de l’ampleur. De là, les marques se sont intéressées à moi, et très vite au bout d’un an et demi, deux ans, ce blog est devenu mon activité à plein temps.

Comment vois-tu le milieu de l'influence dans 5 ans ?

De la même façon ! Tout est une histoire de cycle. Ceux qu’on qualifie de nouvelle génération seront les anciens, et des nouveaux influenceurs verront le jour à travers peut-être d’autres plates-formes qui se créeront entre-temps. Mais je crois fortement que c’est désormais un métier qui s’est ancré, et que ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Avec Shaeri, on parle cheveux ; comment définirais-tu les tiens ?

J’ai eu les cheveux bouclés lorsque j’étais plus jeune. Jusqu’à ce que je commence à faire des balayage, des lissages etc. Désormais ils sont toujours aussi épais mais je dirais plus ondulés que bouclés. Je ne sais pas si la nature de mes cheveux s’est modifiée, ou si j’ai abusé des traitements, mais ils prennent beaucoup de place physiquement parlant (longs et épais)

As-tu toujours assumé tes cheveux ?

Oui, plutôt ! J’ai toujours entendu mes proches me dire que j’avais des magnifiques cheveux, donc très vite j’ai eu confiance en moi de ce côté là. Mais naturellement, comme la majorité des adolescentes, j’ai eu envie d’aller à contresens de la nature de mes cheveux. J’ai eu une période où je les lissais systématiquement !

As-tu un hair top à nous partager ? Un hair flop ?

J’ai toujours pris soin de mes cheveux, mais là où je les ai trouvé canons, c’est pendant ma grossesse. Nous étions en plein confinement, j’avais le temps d’en prendre soin, de leur appliquer des huiles, et de laisser poser mes masques plutôt longtemps.
La pire chose que j’ai pu leur faire subir, est une teinture noire corbeau, associée à un défrisage , et une coupe de cheveux façon queue de rat. C’était affreux, mais il y a 15 ans c’était un véritable carton !As-tu un petit secret de grand-mère pour prendre soin de tes cheveux ?

Je ne sais pas si il s’agit véritablement d’un secret, car pas mal de personnes l’appliquent je pense, mais je dirais d’essayer d’appliquer au maximum des produits naturels. De mon côté, je me suis séparée des produits à base de silicone, de sulfate, et ça a littéralement changé la nature de mes cheveux. Depuis d’ailleurs, je n’ai besoin de me laver les cheveux qu’une fois par semaine car ils ne regraissent pas aussi vite qu’auparavant. 

Shaeri ❤️ Kenza