Livraison offerte dès 50 euros en France Métropolitaine

Oum Kalthoum, l'astre de l'Orient

26 juin 2021
Par ZO

La Méditerranée constitue la source première d'inspiration de Shaeri : l'exposition "Les Divas du Monde Arabe, d'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe à Paris expose un univers encore très méconnu en France, ie la période de création  artistique intense en Egypte dans les années 50  ! A cette occasion, nous allons dresser  pendant l'été des portraits de ces Divas arabes, ces femmes puissantes, icônes intemporelles qui ont marqué les sociétés arabes d'après-guerre :  nous commençons par la plus grande, la chanteuse égyptienne Oum Kalthoum.

            

Si ses surnoms étaient multiples, "La dame", "la voix des Arabes" ou encore "l'astre de l'Orient", son talent, lui, était unique. Toutes les facettes de celle qui a fait l'objet d'un culte sans précédent pendant près d'un demi-siècle ne pourraient être abordées dans un seul article. 

Oum Kalthoum, "l'Egyptienne" 

Sa vie ressemble presque à un conte. De son véritable nom Fatima Ibrahim al-Sayyid al-Beltagui, Oum Kalthoum est née dans le delta du Nil. Il n’existe pas réellement de consensus à propos de sa date de naissance mais elle serait née en 1904 selon certaines sources et en 1898 selon d'autres. 

Sa vocation de chanteuse naît le jour où son frère Khaled, qui avait l’habitude de psalmodier (c’est-à-dire chantait les psaumes) le Coran avec son père dans des fêtes de village, tombe malade. Son père, un Imam, décide alors d’y emmener Oum Kalthoum à sa place et sa voix charme complètement l’auditoire. A partir de ce jour, son père commence à la déguiser en garçon afin qu’elle puisse continuer à chanter sans pour autant offenser les mœurs de l’époque.  

Malgré son très jeune age, sa notoriété grandit très vite et avec le soutien d’Abou Ala Mohamed, un chanteur égyptien, elle s’en va conquérir le Caire par sa voix.

 

Oum Kalthoum, "La talentueuse" 

Pendant des années, Oum Kalthoum a lutté pour échapper à la tutelle paternelle et délaisser les chants religieux pour les chansons d’amour. Dès 1932, elle se met à parcourir le Moyen-Orient pour sa tournée, passant alors par l’Irak, la Syrie et la Libye.
 
Elle pouvait chanter sur scène jusqu’à cinq ou six heures d’affilée avec seulement deux ou trois chansons à son répertoire. En effet, elle avait l’habitude d’improviser et de réinterpréter ses chansons à l’infini pour le plus grand bonheur de son auditoire.
Son succès dépasse le monde arabe : Maria Callas la qualifie notamment de voix incomparable et Charles De Gaulle la surnommait "La Dame".

Celle que l’on appelait aussi "le Rossignol d’Egypte" décède le 9 février 1975, et son enterrement a rassemblé près de 5 millions d’Egyptiens qui souhaitaient lui rendre un dernier hommage.

Oum Kalthoum, "L'engagée" 

Oum Kalthoum portait l’Egypte dans son cœur et a multiplié les chansons patriotiques. Après la guerre des 6 jours et la défaite de l’Egypte face à lsrael, elle a notamment utilisé sa voix pour pousser les femmes à donner leurs bijoux pour renflouer les caisses de l’Etat. 

Elle disait vouloir réunir le peuple face à la tragédie et leur insuffler de l’espoir et du courage. Dans son oeuvre El Attlal, elle évoque sa tristesse et sa frustration face aux pertes de l'Egypte, et chante son identité arabe à laquelle elle voue un amour sans limite. Des pays du Golfe au Maroc, Oum Kalthoum a été pour beaucoup d’arabes celle qui sut les réunir au-delà de leurs divisions.

Aussi, derrière son chignon et ses lunettes noires, Oum Kalthoum représentait une artiste libre qui militait pour l’émancipation des femmes. Sa carrière et son émancipation sont devenues un modèle pour beaucoup de femmes arabes. Elle était parvenue à conquérir toute une patrie grâce à son talent, dans un pays et à une époque où l’homme était dominant et omniprésent dans tous les pans de la société. Oum Kalthoum est parvenue à défier toute une société masculine sans jamais devenir objet sexualisé.